De Fethiye à Rhodes, Tou(te)s noyé(e)s

Une commémoration pour les 14 personnes noyées en mer Egée le 02 janvier 2020.

Aegean Sea

Le 2 janvier 2020, Alarm Phone a été alerté au sujet d’un bateau disparu avec environ 14 personnes à bord, parti la veille de Fethiye en Turquie vers l’île grecque de Rhodes. Celui qui nous a contacté pour nous signaler ce bateau était très inquiet car son amie était parmi les personnes disparues ; tout ce qu’il avait, c’était une capture d’écran d’une position GPS qu’elle avait partagé depuis le bateau.

Comme nous n’avons jamais réussi à établir un contact direct avec le bateau directement pour savoir s’il se trouvait dans les eaux grecques ou dans les eaux turques, Alarm Phone a donc alerté les garde-côtes des deux côtés de la frontière. Les gardes-côtes grecs nous ont répondu qu’ils étaient déjà informé de ce cas de détresse et que le bateau avait été intercepté par les gardes-côtes turcs. Cependant les garde-côtes turcs de leur côté ont annoncé qu’une opération de recherche et de sauvetage avait été lancée mais qu’aucun bateau n’avait été trouvé.

Deux jours plus tard, le 4 janvier 2020, celui qui avait initialement alerté Alarm Phone au sujet du bateau, ainsi que d’autres proches des personnes disparues, nous ont contacté à nouveau. Ils craignaient le pire car ils n’avaient eu aucune nouvelles des voyageurs et voyageuses, alors que plusieurs sources médiatiques annonçaient le naufrage d’un bateau en mer Égée au cours duquel toutes les personnes à bord s’étaient noyées. Malheureusement, les pires craintes des proches se sont avérées exactes, car le bateau retrouvé naufragé par les gardes-côtes trucs était bien le bateau disparu.

Plusieurs corps ont été progressivement retrouvés. À notre connaissance, une des personnes est toujours portée disparue. Personne ne peut dire exactement combien de gens étaient à bord du bateau, car tout le monde s’est noyé en essayant d’atteindre les côtes de l’Europe.

Pour la majorité des familles et des amis, il a été très difficile, voire impossible, de joindre les autorités compétentes en Turquie afin de savoir si leurs proches étaient mort.es dans ce naufrage ou si leurs corps se trouvaient parmi les corps placés à l’Institut médico-légal. Des proches syriens – tant en Syrie qu’avec des permis de séjour en Europe – n’ont jamais pu obtenir de VISA pour se rendre en Turquie et identifier les corps.

Au cours des plusieurs conversations téléphoniques entre Alarm Phone et les proches, a été exprimé par ces dernièr.es le sentiment épuisant de rester dans l’incertitude et d’être continuellement pris au piège entre l’espoir, la peur et le chagrin. Un homme, un père qui a perdu ses deux fils lors du naufrage a espéré jusqu’à la fin qu’ils aient pu être sauvés. Ce père nous a dit que ses fils espéraient voir les feux d’artifice de la veille du Nouvel An turc depuis la Grèce.

Nous pensons à celui qui a alerté Alarm Phone et vit aujourd’hui avec le fait que – probablement – la dernière chose qu’il a reçue de sa proche amie est une position GPS, de quelque part en mer Égée, quand elle était encore vivante, pour la dernière fois.

Ainsi nos vœux pour la nouvelle année – de voir la frontière extérieure européenne cesser d’être un cimetière collectif de non-européen.nes en quête de sécurité et d’une vie meilleure – n’ont pas été exaucés : nous avons commencé l’année 2020 avec une tragédie considérable qui a coûté la vie à au moins 14 êtres humains, laissant des dizaines de parent.es et d’ami.es en deuil. Une tragédie qui n’est pas visible – et possiblement – à peine importante pour la majorité des habitant.es du Nord.

Cette Europe n’est pas sûre; pas pour les non-européen.nes. Les droits de l’homme et les droits des réfugié.es ont perdu toute pertinence. En mémoire des victimes, nous, les vivant.es, devons prendre des mesures contre cette Europe de Frontex, de frontières et de murs. Nous devons lutter et inventer une Europe de la solidarité pour détruire ce régime meurtrier anti-migration. En tant qu’Alarm Phone, nous promettons que – malgré les tentatives de nous intimider – nous resterons aux côtés des personnes en mouvement.

Aujourd’hui, Alarm Phone commémore celles et ceux qui ont perdu leurs vies.

En mémoire de :
Youland Hamdan et 13 autres passagers dont la vie s’est terminée le 2 janvier 2020 aux frontières de l’Europe.

Nous ne les oublierons jamais.

// include wp-footer wg cookies