A propos

Le Watch The Med téléphone d’alarme a été lancé en Octobre 2014 par des réseaux d’activistes et des acteurs de la société civile en Europe et en Afrique du Nord. Le projet a mis en place une ligne téléphonique alternative pour les refugiées en détresse en méditerranée.

Il offre aux personnes en danger, une deuxième possibilité pour rendre leur SOS visible. Le téléphone d’alarme documente et mobilise en temps réel. De cette manière, nous exerçons une pression pour le sauvetage dès que possible et les refoulements et autres formes de violations des droits humains pourraient être arrêtés.

Ainsi, le téléphone d’alarme n’est pas un numéro de sauvetage mais un numéro pour soutenir les opérations de sauvetage.

A cet égard, les gardes côtes responsables ont étaient informés du lancement du projet. La critique du régime mortel des frontières est dirigée principalement et surtout aux responsables politiques de l’UE. Si les gardes côtes ne réagissent pas immédiatement, nous aurons recours à la pression publique pour forcer les opérations de sauvetage. D’un autre côté, des tentatives seront faites pour alerter les navires commerciaux et les cargaisons à proximité du navire en détresse.

Le numéro du téléphone d’alarme sera distribué surtout à travers les contacts directs avec les communautés des migrants et des réfugiés dans les principaux pays de transit de l’Afrique du Nord et la Turquie. Nous distribuons aussi des brochures qui informent sur les risques de la traversée de la mer méditerranée. En plus des notes pour réduire les risques, le numéro du téléphone d’alarme est fourni.

Le projet est activement impliqué dans les trois régions que les migrants et les réfugiés utilisent dans leurs tentatives pour atteindre l’UE:

  • la mer Egée (entre la Grèce et la Turquie)
  • La Méditerranée centrale (entre la Libye/la Tunisie et l’Italie)
  • La Méditerranée de l’ouest (entre le Maroc et l’Espagne).

Qui sommes-nous:

Le téléphone d’alarme est géré par des bénévoles, la plupart d’eux étaeint actifs aux frontières externes de l’Europe pendant plusieurs années dans des réseaux comme Welcome to Europe, Afrique Europe Interact, Borderline Europe, Noborder Maroc ou Watch the Med.

Les militants du projets sont basés à Tunis, Palerme, Melilla, Tanger, Cadiz, Marseille, Strasbourg, Londres, Vienne, Bern, Berlin et d’autres villes. Ils sont impliqués dans des groupes locaux, dans des recherches et/ou des compagnes dans les trois régions mentionnées. Quelques membres ont fait leur propre expérience de traversée des frontières maritimes dans le passé.

Les membres de l’équipe se sont entrainés avec des manuels qui contiennent des expériences de gens qui étaient en contact direct avec des boat-people depuis des années. Ils utilisent des cartes en ligne du projet de surveillance Watch the Med qui enquête dans des cas de morts et d’échecs d’assistance en méditerranée depuis 2011.

Le projet est soutenu par un large spectre de membres de la société civile des deux côtés de la mer méditerranée qui ont signé notre appel. Parmi eux des intellectuels et des journalistes célèbres, des survivants de tragédies de naufrages ainsi que des parents de ceux qui ont disparu pendant leur voyage en Europe.Le projet est approuvé par groups de migrant auto-organisés, qui ont essayé les frontières meurtrières aux mêmes, et par de citoyens en colère à l’égard de cette situation inacceptable.

Nos objectifs:

A court terme, le projet se concentre sur les missions de sauvetage et la prévention de violations des droits humains. En même temps nous savons que : la mort des réfugiés et des migrants en mer pourrait être une histoire du passé si le système des frontières et des visas étaient dissous. Il est évident que sans un changement radical, les tragédies récentes en méditerranée seront suivies de plus de morts dans le futur.

Le projet réagit immédiatement aux développements actuels comme le plan des dix points publié le 20 Avril 2015 par Le conseil des affaires étrangères de l’UE. Ou l’appel de l’UE pour le renforcement de la mission Triton de Frontex avec des campagnes.

L’histoire des derniers 20 ans en méditerranée montre que la militarisation des routes migratoires n’a causé que plus de morts. A chaque fois qu’une route en Europe a été bloquée par de nouvelles technologies de surveillance et l’augmentation des policiers, les migrants n’ont pas cessé d’arriver. Ils étaient simplement obligés de prendre des routes plus dangereuses.

Les Organisations Internationales ainsi que les politiciens des différents spectres politiques ont dénoncé les passeurs comme la cause principale de la mort en mer méditerranée. Les passeurs existent seulement à cause de, et tant que le régime des frontières qui empêche les réfugiés et les migrants d’entrer dans un pays légalement ,existe. Ils les obligent à prendre des routes secrètes plus chères et plus dangereuses. Les réseaux de passeurs seraient du passé en peu de temps si ceux qui étaient morts en mer pouvaient arriver en Europe légalement. Le système de visas qui les oblige de le faire a été introduit seulement il y’a 25 ans.

Dans cette mesure, le projet vise à créer en méditerranée un espace mutuel de solidarité, avec des frontières ouvertes pour tout le monde.

Une initiative de: Welcome to Europe | Afrique Europe Interact  |  borderline-europe | Noborders Marocco |  Forschungsgesellschaft Flucht und Migration | Voix des Migrants

Watch the Med Logo

Support the Hotline


Nous travaillons principalement en Anglais, du coup la version anglaise du site sera la plus à jour. Cependant, nous travaillons continuellement à la mise à jour du site dans les autres langues